vendredi 11 septembre 2009

A la montre arrêtée il est 18h15 mais je savais que c'était la vraie heure
Dans la semaine d'affres je viens d'en finir une de lecture
Presque mille pages

- un bon petit séjour dans le désarroi humanoïde

j'achève le deuxième, un bon gros roman américain (mais irlandais, donc mélancolique) qui n'oublie pas le happy end

Ce qu'à petits pas nous faisons, nous imposons de la lumière et nous l'entretenons (...)

Tourne le monde. Sous nos pas hésitants. Cela suffit. (...) La trace imperceptible d'une haleine de vieille femme. Le tic-tac. Le ventilateur. Le vent.
Le vaste monde.


Et que le vaste monde poursuive sa course folle, Colum Mc Cann, Belfond

2 commentaires:

julip a dit…

gloups fait ma gorge, émue

dérobée a dit…

t'es pas la seule...